Alors qu’ils viennent de fêter leur soixante-dix ans de mariage, petite plongée dans l’intimité du couple royal. Oh my God !

Le coup de foudre entre Elisabeth II et le duc d’Edimbourg remonte à 1939. Il avait dix-huit ans, elle treize ans. Depuis ce jour-là, la future reine a désiré ce prince sans royaume, cet héritier sans fortune. Il portait beau, rêvait d’une carrière dans la marine, aimait les femmes cultivées, bien nées et discrètes. Et surtout il la faisait rire, aux larmes même. Ensemble, ils collectionnaient les blagues de potache, parfois de mauvais goût, les jeux de mots douteux. Il la coursait dans les couloirs de Buckingham Palace, un masque de carnaval sur le visage.

Elle en redemandait, hurlant de rire. Leur attirance était évidente, leur complicité indéniable. Après leur mariage le 20 novembre 1947 et au fil du temps, il lui donna des petits mots d’amour, très personnels. “Petite saucisse”, “Peggy”, “chou-fleur“… C’est ainsi que le prince Philip appelle son épouse dans l’intimité et cela ne choque pas la reine, bien au contraire. Lui seul a le droit de la nommer ainsi et personne d’autre. De son prince, elle admet tout et pardonne tout, fermant les yeux sur ses maladresses de styles, ses gaffes, son humour cavalier. Elle avoue : “il est ma force, mon roc.” Une histoire d’amour et d’humour qui dure depuis soixante-dix ans.

Click Here: st kilda saints guernsey 2019

Crédits photos : abaca

NewSimulationShoes News

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *