“Des cellules de crise sont mises en place dans certains des États concernés, d’autres discutent la possibilité de déclencher l’état de catastrophe naturelle. Mais de manière générale, les autorités brésiliennes communiquent très peu sur les moyens mis en oeuvre pour lutter contres les foyers d’incendies. Ce manque d’informations alimente d’autant plus la polémique sur un laisser faire ou tout du moins une certaine impuissance du gouvernement”, détaille le journaliste de France 2 Pierre Le Duff à Rio de Janeiro.
Des précipitations inférieures à la normale “Ce n’est pas rassurant pour les semaines à venir, car la saison sèche dans les États situés en lisière de la forêt amazonienne dure encore jusqu’à la mi-septembre. Selon l’Institut national de la recherche spatiale, principale source d’informations sur l’étendu des feux, le niveau des précipitations dans le centre et le nord de l’Amazonie pourrait être entre 40 et 50% inférieur à leur niveau habituel dans les prochains mois”, conclut Pierre Le Duff.Le JT

  • JT de 8h du vendredi 23 août 2019 L’intégrale

Les autres sujets du JT

  • 1

    G7 à Biarritz : un sommet sous haute sécurité

  • 2

    Climat : des ONG boycottent un rendez-vous avec Emmanuel Macron

  • 3

    Retour sur l’histoire du G7

  • 4

    Amazonie : passe d’armes entre Jair Bolsonaro et Emmanuel Macron

  • 5

    Empiler les pierres nuit à l’environnement

  • 6

    23 août 1944 : la résistance gagne du terrain

NewSimulationShoes News

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *