Du 16 au 27 mai, suivez les aventures cinématographiques et cinéphiles de trois blogueurs au Festival de Cannes 2012. Aujourd’hui, Jean-Victor nous parle de Madagascar 3, du prochain Tom Cruise, et de la pluie… Avec AlloCiné et Carte Noire.

Traumatisé dès son plus jeune âge par le 7ème art, écrit et parle devant une caméra sur CloneWeb.

Journée très spéciale que ce dimanche 20 mai, qui a vu la Croisette inondée par des pluies soutenues pas des plus agréables. Il fallait déjà se lever tôt pour aller assister grâce à AlloCiné à un rendez vous des exploitants avec Paramount, qui présentait son line-up à venir. Pour parler plus clairement, Paramount Pictures a organisé une journée pour chouchouter les responsables des salles en France histoire de les remercier de leur confiance et de les convaincre de mettre le plus de copies possibles pour leurs prochains films. Pour ça, il suffit de projeter les prochaines nouveautés, de faire un bon petit brunch avec goodies et buffet à volonté ou encore de présenter des extraits en avant première des prochains films à venir. Et tout ce beau programme commençait donc par Madagascar 3, Bons Baisers D’Europe , projeté en 3D bien évidemment.


Déjà pas bien fan du premier Madagascar, et atterré par le second épisode flemmard de la franchise, on ne peut pas dire que j’allais voir la chose avec un enthousiasme délirant.
Mais une chose est sure : le film a dû provoquer des hallucinations en chaîne dans la salle. De mémoire, jamais je n’ai vu un film d’animation pour enfants aussi hystérique que ça. Dreamworks est connu pour tout céder sur l’autel du fun mais alors là, ils ont poussé la formule dans ses derniers retranchements tant les nouvelles aventures des animaux sont une avalanche incessante de gags et de sketches qui partent dans tous les sens. Retrouvant par moment un esprit très Tex Avery sous acide plutôt sympathique, le tout a malheureusement tendance à devenir indigeste et indolore malgré quelques séquences complètement tarées et plutôt sympas. Un vrai film de kids sous LSD, souvent trop excessif.


Le premier morceau du line-up qui a suivi était un montage preview de 10 minutes de G.I. Joe : Conspiration. Expliquant tant bien que mal que la franchise voulait vraiment prendre une tournure film de gros bras par rapport à un premier épisode “enfantin” (c’est le terme pour nanar dans la bouche d’un distributeur), le présentateur expliquait que le film allait être au moins aussi explosif qu’un Transformers. Michael Bay et sa réalisation hommage à la maladie de parkinson, c’est pas vraiment mon délire, mais là il faut admettre que la chose a l’air vraiment rigolote. Entre un combat de ninjas poseur à souhait dans lequel le fameux Snake Eyes éliminait les shurikens de son ennemi avec son pistolet ou l’assaut d’une base avec des gadgets en tout genre, le film a l’air d’assumer pleinement son rôle de blockbuster bourrin, The Rock (Dwayne Johnson) se portant comme la caution testostérone de la chose. Plaisir coupable en vue.


La vraie surprise inédite de cette preview, c’était la présentation exclusive d’une scène de Jack Reacher. Et là vous me dites, kézako ? On s’est tous dis la même chose devant l’affiche trônant sur le Carlton, et un nom pareil donnant l’impression de voir une nouvelle franchise de SF type John Carter. Il n’en est rien, puisque c’est une adaptation d’une série de romans d’espionnage. L’extrait en question montrait Tom Cruise rentrer dans un bar bondé, se faire accosté par une demoiselle en chaleur qu’il rembarre gentiment, et négocier en toute tranquillité avec les 5 potes de la femme outrée, qu’il finit par mettre à terre en 2 secondes dans la rue par la suite. Complètement aseptisé et sans âme, cet extrait ne donnait aucun indice tangible sur la nature du film à venir, si ce n’est que le personnage de Tom Cruise a l’air sûr de lui comme jamais, et que la situation était assez ridicule.


Du coup, cette surprise comblait un manque : la non présence d’extraits d’Hansel et Gretel pour lesquels j’étais venu. Faut me comprendre, c’est le prochain film de Gemma Arterton ! D’ailleurs, je ne l’ai toujours pas croisé à mon grand désarroi, et pour tout ceux qui se demandent quel a été le programme du reste de la journée, c’était de la pluie, de l’attente en vain, de la pluie, de la rédaction de news, et de la pluie. Et aussi le Vinterberg, mais ça, c’est Dominique qui vous en parlera. Demain ? Suivant ce que la pêche d’invitations donnera,  on verra bien ! On vous parlera du marché du film aussi tiens.

Click Here: Putters

NewSimulationShoes News

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *