En Essonne, une femme a contracté le botulisme après avoir ingéré une soupe périmée depuis trois semaines. D’après son entourage, elle est dans un état de paralysie grave.

En Essonne (91), une femme a été hospitalisée à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière après avoir effectué deux malaises espacés de 10 jours, le premier fin août et le second début septembre. Si les médecins ont d’abord suspecté un

accident vasculaire cérébral, ils se sont aperçus qu’il s’agissait en réalité d’un cas de

botulisme. Une affection neurologique gravissime, due à une toxine produite par Clostridium botulinum, une bactérie qui ne se développe qu’en l’absence d’oxygène et contamine principalement les aliments sous vide ou en conserve. D’après Le Parisien, qui rapporte ce fait divers, une proche de la famille aurait confié que la victime “est quasi totalement paralysée […] avec très peu d’espoir de récupération”. Une fois la toxine botulique mise en évidence, ce cas de botulisme a été rapporté à l’Agence régionale de santé qui a aussitôt demandé qu’une enquête soit menée afin de déterminer l’origine de la contamination. Une soupe périmée depuis le 4 août a été ainsi découverte dans le frigo de la victime par la Direction Générale de la Concurrence et de la Répression des Fraudes (DGCCRF). Aucun problème avec les autres bouteilles du lotMise au courant, l’entreprise qui commercialise cette soupe a affirmé qu’aucun problème n’avait été signalé sur les 630 bouteilles qui composent le lot. L’inspection minutieuse de la chaîne de production n’a pas apporté plus d’éléments, renforçant la probabilité que cette infection serait due à une négligence de la victime, qui a consommé un produit dont la date limite de consommation était dépassée. “Nous avons pu démontrer que toutes les opérations de fabrication ont été réalisées dans les règles de l’art, a rapporté un porte parole de l’entreprise au quotidien francilien. Il s’agit d’une soupe pasteurisée et comme tous les produits de ce type, elle est chauffée au-delà de 80 °C. C’est ce qui garantit une pasteurisation mais pas une stérilisation. Elle doit donc être conservée au frais et consommée dans un délai de 30 jours maximum. Au-delà de cette DLC, la fraîcheur d’un produit de ce type ne peut pas être garantie.”Botulisme : rappel des précautionsSur son site, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation rappelle les précautions à prendre pour éviter la contamination par Clostridium botulinum :

  • ne pas donner de miel aux nourrissons
  • respecter la chaîne du froid
  • régler le réfrigérateur à une température basse (au plus 4°C)
  • respecter la date limite de consommation
  • consommer rapidement les produits après ouverture et les plats après préparation
  • laver et éplucher fruits, légumes et herbes aromatiques
  • dans le réfrigérateur conserver les aliments crus séparément des autres pour éviter leur contamination
  • nettoyer régulièrement le réfrigérateur à l’eau de javel
  • laver mains, plans de travail et ustensiles après contact avec des aliments crus pour éviter la contamination des aliments sains

Le ministère précise également que si un produit “présente une couleur différente ou une odeur anormale, surtout si la boîte de conserve est gonflée, il vaut mieux jeter le produit sans le consommer”. De même, pour la fabrication de conserves artisanales, le ministère préconise  de “respecter la chaîne du froid” et de “stériliser les conserves”, rappelant que la toxine est détruite par la chaleur mais que les “spores y sont plus résistantes”.

NewSimulationShoes News

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *