Proposer demain des aliments contenant moins de sel, de matières grasses et de sucres? C’est l’objectif du programme scientifique européen “TeRiFiQ“, lancé et coordonné par l’Institut national de la recherche agronomique (INRA).

Le programme scientifique européen “TeRiFiQ“, lancé et coordonné par l'Institut national de la recherche agronomique (INRA), a pour objectif de réduire les teneurs en sel, en sucres et en matières grasses dans certaines catégories d'aliments.

Lancé le 7 février 2012 pour une durée de 4 ans, le programme scientifique européen “TeRiFiQ“ (Combining technologies to achieve significant binary reductions in salt fat and sugar in everyday foods whilst optimising their nutritional quality) est destiné à améliorer la qualité nutritive de certains aliments de consommation courante pour limiter l’

obésité, les

maladies cardiovasculaires ou encore le

diabète. Ce projet, qui rassemble seize associations, instituts et entreprises européens (voir la

liste des partenaires), pourrait permettre à long terme de réduire significativement les niveaux de

sel, de

sucres et de matières grasses dans de nombreux produits alimentaires.Pour ce faire, le programme se donne pour ambition de mettre au point des “substituts alimentaires“, pour élaborer de nouvelles formulations des produits de consommation courante, intégrant moins de sodium, de sucre et de matières grasses.Dans un communiqué, l’Inra détaille les objectifs par catégorie de produits :

  • Réduire le contenu en sodium (jusqu’à 30 %) de différents types de fromage (pâtes molles, semi dures et dures)  
  • Réduire les matières grasses saturées et le sodium (jusqu’à 50 %) dans les saucisses cuites et aussi dans les saucisses sèches maturées en utilisant des nouvelles technologies
  • Réduire les matières grasses et le sucre dans les produits de type “muffin“  jusqu’à 25 % ;
  • Réduire la quantité de matières grasses jusqu’à 50 % dans les sauces utilisées dans les aliments prêts à consommer. La réduction du taux de sel sera aussi étudiée.

Au final, l’Inra souhaite “démontrer que ces nouvelles formulations sont transférables à l’échelle industrielle. Dans ce cadre, des activités de démonstration (Production d’aliments reformulés par l’industrie et études consommateurs) avec plusieurs PME de différents pays européens seront conduites“.Yamina Saïdj avec RelaxnewsSource : Communiqué de presse de l’Inra, 7 février 2012

NewSimulationShoes News

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *