Le cycliste belge Frank Vandenbroucke, connu pour son talent, son instabilité et malheureusement ses addictions, est décédé le 12 octobre dans son sommeil, dans une chambre d’hôtel au Sénégal. Un décès prématuré qui rappelle celui de Marco Pantani, autre brillant cycliste impliqué dans plusieurs affaires de dopage.

Selon son

site officiel, le cycliste belge de 34 ans serait décédé d’une

embolie pulmonaire, pathologie due à la migration d’un caillot de sang dans une artère irriguant le poumon. La formation de caillots sanguins est en général due à un trouble de la coagulation, naturel (causé par un déficit en substances coagulantes par exemple) ou artificiel (épaississement du sang par des médicaments ou dopants).Néanmoins il est possible qu’il s’agisse tout simplement des suites d’une intoxication médicamenteuse, la radio flamande Radio 1 ayant révélé aujourd’hui que “des calmants et de l’insuline étaient sur sa table de chevet“. Accident, intoxication médicamenteuse volontaire, conséquences du dopage ? Ce qui est sûr, c’est que ce champion talentueux a disparu bien trop tôt, à l’instar de Marco Pantani, également décédé en 2004 dans une chambre d’hôtel à 34 ans (overdose de cocaïne).Les amateurs de cyclistes ne sont pourtant pas surpris par ce décès, tant Frank Vandenbroucke avait montré des signes d’instabilité psychologique (tentative de suicide en 2007) et d’addiction sévère auparavant. Passant d’équipe en équipe, accumulant les affaires de dopage et les blessures diverses, le cycliste belge a cependant inscrit des courses de légende à son palmarès, notamment Paris-Nice en 1998, Liège-Bastogne-Liège et 2 étapes du Tour d’Espagne en 1999 (

palmarès complet sur le site du Soir) :

La Belgique perd un champion qui était très populaire et souhaitait relancer sa carrière. Il l’avait notamment confirmé au ministre des sports belge, André Antoine, lors des derniers championnats du monde, ainsi que le souligne Le Soir : “Nous avons eu une conversation et il m’avait fait part de son désarroi. Il avait évoqué ses qualités et ses faiblesses mais avait surtout mentionné qu’il souhaitait reprendre la compétition et revenir pour une dernière grande et belle saison. Il m’avait demandé de l’aide. Il souhaitait un maillot et un vélo. Il faisait preuve d’une réelle volonté de revanche sur lui-même“.Quant au cyclisme, il est une fois de plus confronté à ses démons : le dopage gangrène toujours plusieurs sports de haut niveau, en particulier ceux nécessitant des efforts longs, soutenus et répétés comme le cyclisme. C’est

ce que nous expliquait déjà en juillet le médecin du sport et spécialiste du dopage Jean-Pierre de Mondenard, à l’occasion du retour sur le Tour de France du très controversé Lance Armstrong. Source : Lesoir.be, YouTube, 12 et 13 octobre 2009Photo : Victoire d’étape sur le Tour d’Espagne en septembre 1999, copyright MONDELO/EFE AGENCIA/SIPA

NewSimulationShoes News

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *