Le petit dernier va bientôt pointer le bout de son né et Victor mouille encore ses draps la nuit ? Vous pensez être capable de faire face… Personne n’en doute, mais pour identifier la cause de cette énurésie nocturne, vous feriez quand même bien d’accompagner votre aîné chez le médecin !

En France, près de 15 % des enfants de 5-6 ans, 10 % des enfants de 8 ans et 5 % des enfants de 10 ans sont concernés par le pipi au lit nocturne. Après 14 ans, deux adolescents sur cent seraient toujours énurétiques. Votre enfant n’est donc pas le seul à être touché ! Une bonne raison pour en parler simplement avec d’autres parents, qui pourront peut-être vous recommander des adresses.
Dépister un trouble physiologique
L’énurésie peut résulter d’un dysfonctionnement de la vessie, appelé “immaturité vésicale“. Il s’agit d’un retard physiologique des réflexes neuromusculaires contrôlant la vessie. Résultat : sans attendre le signal de trop-plein, la vessie se contracte de façon automatique, dès que sa pression s’élève au-dessus d’un seuil déterminé, l’envie de faire pipi est alors impérieuse. C’est ce qui se passe chez tous les nourrissons.
Certains cas d’énurésie résultent aussi d’un trouble physiologique : la sécrétion nocturne d’ADH (hormone anti-diurétique) est trop faible. Produite en quantité insuffisante, elle ne peut ralentir la production d’urine et donc le remplissage de la vessie. Résultat : la vessie finit par déborder.
Dans des cas plus rares, le “pipi au lit“ peut révéler des anomalies plus graves (infection urinaire, diabète, spina bifida, constipation, malformation de l’appareil urinaire d’origine génétique) et justifier une prise en charge spécifique.
Un possible bouleversement psychologique
Les troubles psychologiques impliqués dans l’énurésie peuvent avoir une multitude d’origines : stress engendré par un divorce, arrivée d’une petite soeur ou changement d’école… Ces bouleversements causent souvent une énurésie dite “secondaire“ qui, à la différence de l’énurésie primaire, survient après au moins 6 mois de propreté.
De toute évidence, quelle qu’en soit l’origine, le pipi au lit a toujours un retentissement psychologique important. La plupart des enfants se sentent ainsi honteux et perdent leur confiance en eux. Ils souffrent bien souvent d’anxiété, de troubles du sommeil et d’irritabilité. Toutes ces répercussions sont malheureusement trop souvent préjudiciables au bon développement social de l’enfant, d’où l’importance du suivi psychologique.
Evidemment, les prises en charge sont différentes selon l’origine du trouble… Elles sont d’autant plus compliquées que les différentes formes d’énurésie sont parfois intriquées. Mais aujourd’hui, des solutions existent. La consultation d’un médecin vous permettra de prendre en charge efficacement ce trouble et précocement pour limiter son retentissement psychologique.
Axelle de FranssuClick Here: gws giants guernsey 2019

NewSimulationShoes News

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *