Avec près de 250 000 décès par an, les pays en voie de développement paient un lourd tribut au cancer du col de l’utérus. La difficulté à disposer de structures de soins permettant une surveillance des femmes par frottis est une des conséquences de ces chiffres désastreux. C’est dire si l’apport d’un vaccin contre ce cancer pourrait soulager ces populations.
Disponible depuis novembre 2006 en France, le vaccin Gardasil ® permet de prévenir l’infection par les papillomavirus humains de types 6, 11, 16 et 18, les quatre virus responsables de 70 % des cancers du col de l’utérus. En France, son coût élevé (près de 140 € la dose – la vaccination en nécessite trois) est pris en charge à 65 % dans certaines indications depuis le 11 juillet 2007 (jeunes filles de 14 ans ou jeunes filles et jeunes femmes de 15 à 23 ans qui n’auraient pas eu de rapports sexuels ou au plus tard). Mais pour ces pays en voie de développement, un tel coût reste prohibitif.
Mais le laboratoire à l’origine de ce vaccin, Merck & Co, l’une des sociétés-mères de Sanofi Pasteur MSD, a soumis une demande de “préqualification OMS“ (Organisation Mondiale de la Santé). Cette démarche s’inscrit dans le cadre de l’engagement de mettre à disposition le vaccin dans les pays en développement. Cette demande a été acceptée par l’OMS et est en cours d’examen. Cette certification s’assure que le vaccin remplit les critères de qualité, de tolérance et d’efficacité nécessaires pour l’approvisionnement par les agences des Nations Unies notamment l’UNICEF et la PAHO. Ce processus représente une étape importante vers l’accès mondial aux vaccins et un vaste espoir pour des milliers de femmes des pays pauvres.Source : Communiqué de Merck-Sanofi Pasteur MSD du 19 juillet 2007
Click Here: racing club camiseta

NewSimulationShoes News

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *