En France, une femme meurt des suites de violences conjugales tous les quatre jours. Tel est le résultat du premier recensement national des morts violentes survenues au sein du couple en 2003 et 2004 demandé par Catherine Vautrin, la Ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes.
La Ministre est revenu sur le plan d’action global contre les violences faites aux femmes, intitulé “10 mesures pour l’autonomie des femmes“ lancé en novembre 2004. Plusieurs avancées ont été soulignées parmi lesquelles la nomination dans les départements de référents “violences-hébergement“, à même de connaître en temps réel toutes les places disponibles dans les centres d’hébergement et de réinsertion sociale, la signature de 19 protocoles départementaux de lutte et de prévention contre les violences envers les femmes (de telles signatures devraient être étendues à l’ensemble des départements d’ici 2006), une augmentation de 20 % du soutien financier accordé au secteur associatif en 2005 ainsi qu’une campagne nationale de communication “Stop violence – Agir, c’est le dire“ et des formations initiales et continues à destination des professionnels. Enfin, en matière d’action européenne et internationale, la France participe activement au programme communautaire DAPHNE II 2004-2008 de lutte contre la violence envers les enfants, les jeunes et les femmes en Europe.
Mais les nouveaux chiffres du premier recensement soulignent la nécessité de continuer les actions de prévention. La ministre a ainsi présenté quatre axes d’action prioritaires :
– La palette des dispositifs d’hébergement des femmes va être élargie grâce à l’expérimentation d’un accueil à titre onéreux dans des familles, par extension du dispositif jusqu’ici réservé aux personnes âgées et handicapées ;
– La coordination des différents professionnels de santé concernés par la prise en charge des femmes victimes de violences va être améliorée par la création de réseaux d’accueil dans trois sites hospitaliers dès janvier 2006 à titre expérimental ;
– Afin d’assurer une meilleure protection des victimes, un renforcement des sanctions contre les auteurs sera introduit dans un prochain texte législatif, étendant la circonstance liée à la qualité de conjoint de la victime aux anciens conjoints, concubins et pacsés et aux cas de meurtres, de viols ou d’agressions sexuelles ;
– Enfin une brochure sera diffusée à l’ensemble des professionnels concernés destinée à les appuyer dans leur accompagnement des femmes victimes de violences.
Un groupe de travail, animé par le docteur Roland Coutanceau, sur la prise en charge des hommes violents, rendra un rapport sur la question en juin 2006.
Si vous êtes victimes de violences au sein de votre couple, vous trouverez de l’aide à Violence conjugale info services : 01 40 33 80 60. Ne vous enfermez pas dans le silence.Source : Communiqué du ministère de la cohésion socialeClick Here: All Blacks Rugby Jersey

NewSimulationShoes News

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *